Publié par Guy Millière le 17 mars 2024

La France va très mal. J’ai publié voici quelques semaines un livre qui résume ce qui peut se trouver appelé, à juste titre, le désastre français, et je l’ai appelé “Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France ?” 

J’y écris que non, il n’y a personne qui soit susceptible d’être élu président, et qui puisse sauver la France. J’y décris, sans fard ni édulcoration, un champ de ruines. Les salaires sont si bas, les impôts si élevés, les pénuries de logements si importantes, que des gens travaillant à Paris doivent vivre à quarante ou cinquante kilomètres de distance, en grande banlieue, et faire le trajet chaque jour de la semaine pour se rendre à leur travail : par les transports collectifs, car la chasse au véhicule automobile est ouverte depuis longtemps en France, et entre radars omniprésents et contrôles techniques si complexes qu’un véhicule neuf pourrait aisément être recalé. Vouloir utiliser une voiture en France est en train de devenir un crime.

Les établissements d’enseignement sont sinistrés et on ne peut plus y parler de la shoah et d’un nombre croissant d’autres sujets, et des professeurs sont menacés par des élèves musulmans d’avoir à subir un “Samuel Paty”. La plupart des commissariats de police sont plus sinistrés encore.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Les zones de non droit prolifèrent et sont tenues par des imams radicaux et des bandes ethniques qui parfois règlent leurs comptes en échangeant des tirs de kalachnikov. Les agressions au couteau sont devenues si nombreuses qu’elles sont à peine relatées dans les journaux.

L’immigration clandestine se poursuit à un rythme rapide, 500.000 immigrants légaux et illégaux rejoignent la France chaque année sans savoir-faire utilisables sur un marché du travail asthénique.

Les maladies nosocomiales avancent dans les hôpitaux, et les services d’urgence de ceux situés dans les grandes villes permettent un voyage gratuit au Maghreb ou en Afrique subsaharienne.

La justice est passée très largement aux mains de juges très à gauche, et, je l’ai déjà dit, les peines ne sont plus à la hauteur des crimes et permettent à des assassins de récidiver au bout de quelques années, moins de dix ans parfois.

Les seuls domaines dans lesquels la France est dans les premiers pays du monde sont les prélèvements obligatoires et les dépenses publiques, et malgré la lourdeur des prélèvements obligatoires, les dépenses publiques sont plus élevées encore que ce que l’Etat prélève, et le budget de la France est en net déficit chaque année. La dette s’accroit et la France est l’un des trois seuls pays en Europe à ne pas parvenir à remédier à une situation financière de plus en plus intenable.

Dans ce contexte, des militants de gauche peuvent tenter de faire disparaitre une chaine de télévision dont le seul crime est d’être effectivement pluraliste et de rompre avec la pensée unique imposée à tout le pays par quasiment toutes les autres chaines, et le gouvernement ne dit strictement rien sur le sujet alors que cela devrait être un scandale absolu. Il semble au contraire que le gouvernement, tacitement, approuve.

Dans ce contexte aussi, le gouvernement, sur décision d’Emmanuel Macron, vient de faire inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution, et cette décision est décrite comme une immense victoire, comme un “progrès lumineux”, et comme ce qui serait censé être une “fierté” pour le pays.

L’abolition de la peine de mort, il y a quatre décennies, a montré un irrespect pour la vie et une mansuétude répugnante envers les assassins, et la France, sous François Mitterrand, est devenue chef de file de l’irrespect pour la vie et de la mansuétude envers les assassins. 

L’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution montre une autre face de l’irrespect pour la vie, et vient piétiner les racines chrétiennes de la France. Il existe d’autres moyens d’éviter une grossesse que l’avortement, et celui-ci devrait être considéré comme une exception et une décision grave, car ce qui se trouve impliqué est une vie qui commence et qui se trouve détruite à chaque fois.

Il resterait une étape à franchir pour descendre un peu plus bas : inscrire le droit à l’euthanasie dans la Constitution, et en faire un droit constitutionnel. Une personne déprimée, une personne pauvre qui songerait à se suicider, devraient pouvoir obtenir de manière imprescriptible la possibilité de disposer du suicide assisté aux frais du gouvernement. Ce serait tout au moins un prolongement logique des décisions politiques prises en France au fil du temps.

La France ne serait pas le premier pays à légaliser l’euthanasie. Mais elle serait le premier pays à l’inscrire dans la Constitution. Je ne sais si Macron y songe. S’il regarde les sondages, il verra en tout cas que neuf Français sur dix sont en faveur de l’euthanasie. Un projet de loi pour une “aide à mourir” devrait être présenté bientôt. Le suicide assisté est légal dans plusieurs pays d’Europe. Il est légal au Canada. En Belgique une jeune femme de vingt-trois ans a décidé d’y recourir en 2022. Elle souffrait du “mal de vivre” et avait survécu à un attentat. Au Canada le suicide assisté est désormais souvent proposé aux déprimés, aux pauvres, aux handicapés physiques.

Vous êtes déprimé ? Vous êtes pauvre ? Vous êtes handicapé ? Une solution rapide, accessible et gratuite est à votre disposition ou le sera bientôt ! Ce qui se fait au Canada peut se faire ailleurs.

Il fut un temps où la vie était sacrée dans le monde occidental. Ce temps est révolu.

Comme l’avortement, le suicide assisté est promu par la gauche. Dois-je dire que cela ne me surprend pas du tout ?

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading