Publié par Eduardo Mackenzie le 6 mars 2024

Le président Gustavo Petro a estimé que le sombre incident du 29 février à Gaza pourrait être utilisé comme un nouveau prétexte pour aggraver le désordre, la ruine et la démobilisation des forces armées colombiennes.

Sans attendre aucune enquête, Petro a exploité l’événement susmentionné. Il a accepté la fausse version donnée par le mouvement terroriste Hamas et a écrit dans X : « Mendiant de la nourriture, plus de 100 Palestiniens ont été assassinés par Netanyahu. Cela s’appelle un génocide et rappelle l’Hocauste [sic] même si les puissances mondiales n’aiment pas le reconnaître. » Et cela s’est terminé par un verdict irresponsable : « La Colombie suspend tous ses achats d’armes à Israël ».

Le lendemain, Petro s’est enfoncé encore plus profondément dans le délire en déclarant : « L’Allemagne soutient le génocide, et la France, et l’Union européenne, et le Royaume-Uni, et surtout les États-Unis d’Amérique dans leur version démocratique, soutiennent le largage de bombes sur les gens, parce qu’ils font une démonstration contre l’humanité tout entière ».

Petro savait que cette interprétation des événements du 29 février était aberrante. Mais avant que la vérité n’éclate, il a profité de l’absence de vérification pour réitérer son obsession d’éloigner la Colombie non seulement d’Israël mais aussi des pays démocratiques les plus développés et les plus importants du monde.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Une telle mesure, qui n’est pas la première dans cette direction, affecte non seulement les excellentes relations diplomatiques entre Israël et la Colombie, mais réduit également la sécurité déjà très précaire des Colombiens et laissera les frontières colombiennes à la merci des pillages et d’autres opérations anti-souveraineté nationale des dictatures communistes agressives de la région et des pays voisins.

Selon le journal El Espectador, l’armée, la police et d’autres agences de sécurité en Colombie utilisent des armes fabriquées en Israël ou en Colombie avec un brevet israélien, comme les fusils Galil, le pistolet semi-automatique Jericho et le fusil X95. La Colombie achète également des missiles antichars israéliens Nimrod et Spike ainsi que le système de canon autopropulsé Atmos. Dans les années 1990, Israël a consenti à vendre à la Colombie 24 avions de combat Kfir.

Qu’adviendra-t-il alors du système de radar et de bouclier anti-missile Barak MX, d’une portée de 150 kilomètres, que la Colombie négocie depuis cinq ans avec Israël pour une valeur de 131,2 millions de dollars et qui entrera en action, sur terre et sur mer, en septembre 2026 ? Qu’adviendra-t-il de l’achat d’équipements de protection contre la guerre électronique pour 90 millions de dollars ? Qu’adviendra-t-il du contrat d’une valeur de 6 millions de dollars pour la maintenance des huit Kfir opérationnels ? 1(1).

Petro lance les insultes les plus abominables. Il compare Israël à l’Allemagne nazie d’Hitler : « J’étais déjà dans le camp de concentration d’Auschwitz et maintenant je vois cela se refléter à Gaza », a-t-il lancé deux jours après le massacre anti-juif du 7 octobre où le Hamas a assassiné près de 1.300 Juifs et non-Juifs et kidnappé près de 200 personnes, lors de l’attaque la plus brutale contre les Juifs depuis l’Holocauste.

Face à cette attitude abjecte, Israël a annoncé le 15 octobre qu’il gelait les exportations de sécurité vers la Colombie. « Contrairement aux dirigeants mondiaux qui ont fermement condamné le Hamas et ont montré leur plein soutien au droit d’Israël à se défendre, Petro s’en est pris encore et encore à l’État juif », a déclaré le gouvernement de Netanyahu.

En fin de journée, le 29 février, les premiers éléments de vérité sont parvenus à la presse internationale, avec les images du drone israélien qui a filmé ce qui s’est passé. Bilan : Netanyahou n’a pas « assassiné 100 Palestiniens », et les chars israéliens n’ont pas « tiré contre un foule désespérée » qui recevait de l’aide humanitaire, comme l’a inventé le Hamas. Ce matin-là, en fait, un convoi de 38 camions est entré dans Gaza pour acheminer de l’aide humanitaire aux habitants du nord de la bande. Après avoir passé un contrôle de sécurité à Keren Shalom, des centaines de personnes ont couru vers les camions. Le pillage de la nourriture a dégénéré en bousculades et en violences. La bousculade et les manœuvres des camions pour échapper aux pillages ont fait de nombreux blessés et morts.

À ce jour, il n’existe aucun élément prouvant que des soldats ou des chars israéliens ont tiré sur la foule. Tsahal était là « pour mener une opération humanitaire pour sécuriser le couloir et permettre au convoi d’avancer vers le point de distribution afin que l’aide humanitaire puisse atteindre les civils du nord qui en ont besoin », a expliqué un porte-parole de l’armée. À un autre endroit, plus loin, il y a eu des coups de feu. Une foule survoltée a tenté de s’emparer d’un véhicule blindé à un point de contrôle israélien. Les militaires ont tiré et une douzaine d’assaillants sont tombés, blessés ou morts. Le Hamas a amalgamé les deux incidents et a réussi à désinformer plusieurs gouvernements et la presse internationale pendant quelques heures.

Après les premières vérifications, le président Biden et Guterres, le secrétaire général de l’ONU, ont admis que ce que disaient les médias était inexact et qu’ils ne savaient pas encore ce qui s’était passé et que Washington examinait les deux versions.

Pour les Colombiens, la question est la suivante : pourquoi Petro, en plus de ses invectives contre Israël, accuse-t-il les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Union européenne de « soutenir le génocide » à Gaza ? Pour des raisons morales ? Non, car un tel « génocide » n’existe que dans la tête des antisémites et des antisionistes les plus virulents qui ne reconnaissent pas le droit d’Israël à exister et à se défendre. La décision de Petro constitue donc une turpitude politique de plus. Depuis son arrivée à la Casa de Nariño, il s’efforce d’éloigner la Colombie de l’Occident. Ce qu’il a fait est un autre pas dans la même direction, mais la forme de ce pas suggère que le président extrémiste espère que l’aide militaire, ainsi que les investissements et le commerce, s’effondreront définitivement pour la Colombie avec ces pays.

Le président Petro a échoué aussi, en décembre 2022, dans la négociation avec Dassault Aviation pour l’achat de 16 avions Rafale. L’avionneur français souhaitait que la commande soit pour 16 appareils pour 3 Md$. Bogotá a dit qu’elle voulait acquérir uniquement 3 ou 4 appareils et les services associés pour 678 m$. Ivan Velasquez, le ministre colombien de la Défense, a révélé, en plus, que l’acquisition des avions suédois JAS 39 Gripen, qui satisfaisait les exigences des forces aériennes colombiennes, avait également échoué.

Ces négociations erratiques laissent la Colombie sans moyens de contrôler et de défendre son propre territoire, et éloigne la Colombie de son espace diplomatique habituel démocratique pour la placer, sans aucune discussion au Congrès et au sein de la nation, dans ce qu’on appelle le « Sud global ». C’est briser l’unité nationale et pousser la Colombie vers une dépendance à l’égard de ce front violemment anti-occidental dominé par la Chine communiste, la Russie de Poutine et l’Iran des ayatollahs atomiques.

Nous sommes donc confrontés à une nouvelle cause de destitution du chef de l’État colombien pour violation de l’article 189 de la Constitution nationale. Le rétablissement de l’ordre passera par le respect des procédures prévues par le système judiciaire du pays.

© Eduardo Mackenzie (@eduardomackenz1) pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

  1. https://www.elcolombiano.com/colombia/colombia-de-petro-compra-a-israel-por-millones-de-dolares-sistema-de-misiles-aereos-para-defensa-y-guerra-PI20286018 ↩︎

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading