Publié par Maurice Saliba le 18 mars 2024

Source : Blick

Le Conseil fédéral a apparemment discuté d’un éventuel deuxième mandat de Donald Trump. Le Département fédéral des affaires étrangères doit clarifier ce qu’une élection de Trump signifierait pour la Suisse.

En novembre, Donald Trump pourrait être élu président des Etats-Unis pour la deuxième fois. Mais qu’est-ce que cela signifie pour la Suisse ? Le Conseil fédéral s’est apparemment aussi penché sur la question, dévoile le « Tages-Anzeiger ». Lors d’une réunion en février, il s’est intéressé à la possibilité d’un deuxième mandat du Républicain.

Le Département des affaires étrangères a alors reçu le mandat informel de clarifier ce qu’une nouvelle élection de Trump signifierait pour la Suisse. Le Conseil fédéral ne souhaite pas prendre position sur la question auprès du journal. « Lorsque le Conseil fédéral a quelque chose à communiquer, il le fait activement », écrit le porte-parole du gouvernement André Simonazzi.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Bon pour l’économie, mauvais pour la sécurité ?

Des effets en dehors de la politique se font également sentir. Martin Naville, le CEO de la Chambre de commerce américano-suisse Amcham, déclare au journal que la politique suisse a eu de bons rapports avec le gouvernement de Trump durant le premier mandat. « Même sur un plan psychologique, on peut dire que Donald Trump aime la Suisse. »

En revanche, des inquiétudes perdurent en matière de politique de sécurité. Le chef de l’armée Thomas Süssli a récemment esquissé, lors de l’assemblée des délégués de la Société des officiers, un scénario issu des milieux de l’OTAN, comme le rapportent les journaux de CH Media. Après l’élection de Trump, le soutien à l’Europe et à l’Ukraine pourrait être interrompu, après quoi la Russie gagnerait la guerre, et sonderait ensuite la force de l’alliance de l’OTAN en lançant des attaques hybrides contre un pays balte. Mais « personne ne viendrait à l’aide », selon Thomas Süssli. De nombreux pays européens n’auraient pas assez de troupes.

Bien sûr, ce ne sont que des scénarios. Mais en Suisse aussi, les préparatifs en vue d’un éventuel deuxième mandat de Donald Trump ont commencé. 

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading