Publié par Guy Millière le 7 mars 2024

Les résultats du Super Tuesday sont là.

Comme prévu, Trump a gagné partout, sauf dans le Vermont, l’un des Etats les plus à gauche des Etats-Unis, l’Etat de Bernie Sanders, et c’était dans le Vermont une primaire ouverte : de nombreux Démocrates ont voté pour Nikki Haley, et elle leur doit sa victoire. Nikki Haley, cela dit, est parvenue dans quelques Etats à obtenir vingt à trente pour cent des suffrages, ce qui lui donne un pouvoir de nuisance maintenu. Elle avait, au cours du week-end, gagné les élections primaires de la ville de Washington, DC, qui compte en tout et pour tout, 22.000 électeurs républicains inscrits, quasiment tous membres de l’establishment républicain et de ses bureaucraties. Elle s’est retirée de la compétition et, comme on pouvait s’y attendre, elle n’a pas appelé à voter pour Trump. Elle reste l’agent perturbateur au service des Démocrates et des NeverTrumpers.

Il ne fait strictement aucun doute que Donald Trump sera le candidat républicain à la présidence, et cela ne faisait aucun doute depuis longtemps déjà. Ce qui n’était pas prévu était qu’il y ait un traitre parmi les Républicains, et que ce soit Nikki Haley.

Les sondages donnent tous Trump gagnant, le plus souvent avec une marge égale ou supérieure à 5 pour cent, ce qui rend la possibilité de fraude démocrate bien plus difficile qu’en 2020. 36 Etats sur 50 exigent désormais une pièce d’identité pour voter, ce qui rend, dans les Etats concernés, la fraude plus difficile encore. Trump est donné nettement gagnant dans tous les Etats clés (swing states), ceux dans lesquels se jouera l’élection : Arizona, Nevada, Georgia, Michigan, Pennsylvanie, Wisconsin (dans le Michigan, son avance est de 2 points seulement, dans les autres Etats, elle est beaucoup plus nette). Et cela diminue le pouvoir de nuisance de Nikki Haley.

Les Démocrates oscillent entre la panique et la haine frénétique, et il ne faut pas sous-estimer ce dont ils sont capables.

Les décisions gauchistes prises dans le Colorado et le Connecticut visant à retirer le nom de Trump des bulletins de vote ont été, à juste titre, déclarées anticonstitutionnelles par la Cour Suprême, qui a voté à l’unanimité en ce sens, et le nom de Trump sera sur les bulletins de vote dans tous les Etats, mais les Démocrates à la Chambre des représentants ont dit que s’ils obtiennent la majorité à la Chambre des représentants en novembre 2024, ils ne reconnaitront pas l’élection de Trump s’il est réélu le 5 novembre prochain, et voteront l’invalidation de l’élection, ce qui créera le cas échéant une crise politique sans précédent, et rend plus nécessaire encore que les Républicains remportent la majorité à la Chambre des représentants. Ce comportement serait une violation supplémentaire de la Constitution par les Démocrates, mais ils n’ont plus aucun respect pour la Constitution.

Ils tentent de faire peur aux électeurs en disant que Donald Trump est un “danger pour la démocratie”, et ils font dire à Biden que l’élection sera un choix entre la “préservation de la démocratie” incarnée par les Démocrates et son abolition par Trump : c’est le seul argument qui leur reste, et c’est un argument minable et odieux. Donald Trump a toujours respecté la démocratie, et le danger qui pèse sur la démocratie américaine est incarné par les Démocrates qui ont désormais une mentalité et un comportement totalitaires.

Les Démocrates n’ont pas de candidat à même de remplacer Biden (Michelle Obama vient de faire savoir qu’elle n’est pas candidate, et Gavin Newsom ne ferait pas du tout l’affaire : ce qu’il a fait subir à la Californie fait de lui un repoussoir pour nombre d’Américains), et ils doivent dès lors faire avec un vieillard sénile et corrompu.

Ils veulent un vote de rejet de Trump, et présenteront Trump d’une manière de plus en plus ignoble et sale. Ils compteront sur les procureurs et les juges d’extrême gauche qu’ils ont installés et qu’ils utilisent comme des chiens enragés lâchés contre Trump, mais tout ne se passe pas comme ils le souhaiteraient.

Le procès qui devait s’ouvrir à Washington le 4 mars a été repoussé et devrait ne pas pouvoir se tenir avant l’élection ,et pourrait ne pas se tenir du tout (la Cour Suprême doit se prononcer sur l’immunité présidentielle de Trump et ne l’a pas encore fait ; lorsqu’elle le fera, elle se prononcera sans guère de doute en faveur de Trump, car l’immunité présidentielle est au cœur des institutions américaines, et Trump n’est coupable de rien, dans ce dossier comme dans les autres : je dois le répéter sans cesse car les grands médias français répètent aveuglément les accusations portées contre lui), le procès qui doit se tenir à Miami est lui aussi retardé, pour les mêmes raisons, et le procès qui devait se tenir à Atlanta est retardé aussi (la procureur gauchiste Fani Willis vient de faire l’objet de poursuites au cours desquelles il a été montré qu’elle était corrompue et qu’elle avait embauché son amant en le payant grassement avec de l’argent qui leur a permis de partir tous les deux en croisière, aux frais des contribuables. Elle devrait être en prison, mais ne sera pas emprisonnée : elle est démocrate). Le procès inepte intenté par le gauchiste Alvin Bragg à New York, lui, va se tenir et il ne fait guère de doute que Trump sera condamné (le jury sera composé de douze Démocrates anti-Trump). Cela ne portera pas atteinte à sa popularité, bien au contraire. Les électeurs républicains voient qu’il s’agit de persécution politique et ne sont pas dupes.

Il reste extrêmement probable que Donald Trump sera réélu, mais il faudra s’attendre à des émeutes d’extrême gauche soutenues par les Démocrates, dans tout le pays, s’il est réélu.

Et on peut s’attendre dans les mois qui précèdent l’élection, à tous les coups tordus imaginables de la part des Démocrates, et même à des coups tordus qui restent à imaginer, et on peut tout attendre, surtout le pire.

On peut s’attendre aussi à ce que les grands médias américains, tous aux mains de la gauche et de l’extrême gauche, désinforment à un rythme de plus en plus intensif et incitent à la haine anti-Trump à un degré sans précédent. Et les grands médias français, à de très rares exceptions près, continueront à diffuser la désinformation diffusée par les grands médias américains et inciteront eux-mêmes à la haine anti-Trump.

Il reste deux chaines de télévision dignes de ce nom aux Etats-Unis, Foxnews et Newsmax, mais les journalistes français ne les regardent jamais. Il reste trois quotidiens dignes de ce nom aux Etats-Unis, le New York Post, le Washington Times et The Epoch Times, mais les journalistes français ne les lisent jamais. Je pourrais ajouter à la liste, mais pour partie seulement, le Wall Street Journal : ils ne le lisent pas non plus.

Si Trump est réélu, il arrivera au pouvoir avec un programme précis et cohérent, élaboré sous l’égide de la Heritage Foundation, l’un des grands think tanks de Washington, et la mise en œuvre de ce programme, Agenda 25, constituera le cas échéant, quatre décennies après la mise en œuvre de la révolution conservatrice menée par Ronald Reagan à partir de Janvier 1981, une deuxième révolution conservatrice américaine, et ses effets sur le monde seraient majeurs et positifs.

Ce programme sera présenté de manière grotesque dans tous les grands médias américains, à l’exception de Foxnews et Newsmax, du New York Post, du Washington Times, de The Epoch Times et du Wall Street Journal. Il sera présenté de manière tout aussi grotesque dans les médias français.

Trump est bien décidé, cette fois, à mettre fin à l’existence de l’Etat profond installé par Obama, ce qui devrait impliquer environ 50.000 licenciements dans les administrations publiques, et ce serait une décision indispensable: les 50.000 personnes concernées ont ralenti ou saboté pour partie l’action menée par Trump pendant qu’il était à la Maison Blanche.

Trump entend aussi prendre des mesures massives d’expulsion des immigrants illégaux présents dans le pays, remettre en place une politique de démantèlement des gangs qui se sont reconstitués sous Biden, ce qui impliquera un remplacement immédiat du directeur du FBI. Il entend remettre en place aussi une politique de contrôle drastique à la frontière avec le Mexique, et terminer vite la construction du mur.

Il entend couper le financement fédéral accordé à toute institution scolaire ou universitaire enseignant le projet 1619, qui est une réécriture gauchiste répugnante de l’histoire des Etats-Unis.

Il entend restaurer les baisses d’impôts et les dérégulations qu’il avait mises en place sous son mandat et que l’administration Biden avait abolies totalement ou partiellement, et redonner à l’armée un budget lui permettant de retrouver sa pleine puissance, ce tout en supprimant les cours d’ouverture à l’homosexualité et à la transsexualité et les cours d’antiracisme incriminant les blancs rendus obligatoires pour tous les militaires américains par Lloyd Austin et Mark Milley.

Il entend remettre en place une politique étrangère basée sur la doctrine “paix par la puissance” et exiger des dirigeants d’Europe occidentale qu’ils paient pour leur défense.

Il a les femmes et les hommes adéquats pour que cela se fasse. Il sait désormais qui sont les traitres et qui sont ceux qui ne trahiront pas, et il n’y aura pas dans une nouvelle administration Trump, si elle voit le jour, de Jeff Sessions, de William Bar, de Nikki Haley, de Mark Esper, de Mark Milley ou de Christopher Wray.

Des membres de l’administration Biden savent qu’ils ont violé la Constitution et commis des crimes, et vu que cette fois, Trump ne fera vraisemblablement preuve d’aucune mansuétude, ils tremblent.

La campagne électorale va vraiment commencer maintenant, et monter en puissance. J’en rendrai compte ici. Les Démocrates vont la rendre ignoble et cloacale. Les grands médias de gauche américains vont être encore plus infects qu’ils le sont déjà.

Il faut absolument que les fraudes et les coups tordus soit surmontés. Il faut, oui, que les deux chambres du Congrès soient aux mains des républicains après novembre 2024, sans quoi le pire est à attendre des démocrates. Il faut marginaliser Nikki Haley.

C’est le sort des Etats-Unis et le sort du monde dans les prochaines années qui se jouent.

C’est sans doute l’élection américaine la plus importante depuis des décennies.

Ou bien l‘Amérique sera sauvée, ou la destruction va s’accentuer et pourrait devenir difficilement réversible.

Il peut paraitre inimaginable qu’un vieillard sénile et corrompu soit président des Etats-Unis et garde une infime chance de le rester en raison de fraudes, mais aussi parce que des millions d’Américains ont le cerveau lessivé par les grands médias, parce que des jeunes gens ont le cerveau essoré par des professeurs gauchistes et parce que des immigrants illégaux ont été naturalisés par les démocrates et reçoivent des assistances financières destinées à les faire voter démocrate. C’est malheureusement le cas, et les Etats-Unis restent en péril.

Trump sera vraisemblablement réélu, oui, mais il aura, le cas échéant, fort à faire, vraiment fort à faire tant les démocrates ont détérioré le pays.

Donald Trump n’avait rien à gagner en décidant d’entrer en politique, et il avait beaucoup à perdre. Il est entré en politique par amour pour son pays. Il aurait pu renoncer en 2021, et cela lui aurait évité l’acharnement dont il fait l’objet. Il se bat, par amour pour son pays. C’est un homme d’un courage, d’une solidité et d’une détermination admirables, et ceux qui l’insultent sont des êtres vils et répugnants.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading