Publié par Gally le 11 mars 2024

Témoignage du colonel John Spencer, titulaire d’une chaire d’études sur les guerres urbaines au War Institute de la United States Military Academy.


J’ai apporté de l’aide dans des zones de guerre. C’est l’une des situations les plus effrayantes que j’ai vécues.”

J’étais un jeune chef de section en 2003. Un mois après mon arrivée en Irak, on m’a demandé de prendre ma section d’infanterie et d’escorter un camion d’eau pour distribuer de l’eau à un quartier de Kirkuk, en Irak. Nous avions un plan.

Mais il n’a pas fallu longtemps pour que la foule qui s’était présentée avec ses bouteilles d’eau se transforme en émeute. Peu importe les ordres de former une ligne, de reculer, la foule n’a pas voulu, elle a encerclé les camions de sécurité en leur criant dessus, ce qui a rendu les soldats extrêmement nerveux. 

Les soldats voulaient leur bulle de sécurité, voire leur bulle personnelle. Ils ont crié, ils ont bousculé pour obtenir de l’espace. On apprend aux soldats à garder une bulle de sécurité autour d’eux à tout moment. Ils doivent scruter à 360 degrés les menaces qui peuvent surgir de n’importe quelle direction.

La foule qui entourait le camion d’eau a refusé d’obtempérer et a commencé à jeter des femmes dans les barbelés en se bousculant pour se positionner dans la file d’attente. Cela a causé des blessures que nous avons dû aider à soigner. La situation est rapidement devenue incontrôlable et j’ai dû donner l’ordre de plier bagage et de se retirer.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Quelques semaines plus tard, nous avons été chargés de livrer des camions de gaz de cuisine dans une zone. Nous avions appris de notre expérience avec l’eau et avions trouvé une petite enceinte dans la ville que nous pouvions utiliser pour faire entrer les camions et utiliser les murs de l’enceinte comme bulle de sécurité, point d’entrée et de sortie, sécurité sur le toit et aux 4 coins, proche et profond.

Mais alors que nous essayions d’escorter les camions jusqu’au site, des voitures ont tenté de rouler à côté des camions et de les percuter, certains essayant de sauter de leur voiture sur les camions. Nous avons fini par entrer dans l’enceinte, mais la foule à l’extérieur de l’enceinte nous a parfois semblé écrasante.

Mais la pire expérience que j’ai vécue est sans aucun doute celle que j’ai eue en 2009, en tant que commandant de compagnie à Bagdad, chargé de livrer de l’eau et des rations militaires à un quartier qui avait subi une coupure d’eau et d’électricité la veille. [Note de Gally : la veille, donc aucune situation de détresse catastrophique]

Tout a commencé dans l’ordre, mais en quelques minutes, une foule s’est formée et a refusé de former des lignes ou de rester dans une seule zone. Ils ont encerclé le chauffeur et mes soldats autour des camions distribuant des packs de bouteilles d’eau et des rations militaires. Ils ont refusé de laisser le moindre espace aux soldats chargés de la sécurité et ont commencé à s’agripper à eux.

Alors que mes soldats étaient mis en danger physiquement, qu’ils criaient, se bousculaient et menaçaient de reculer, j’ai dû à nouveau ordonner la fin de la mission.

Même dans le cadre d’opérations de secours en cas de catastrophe ou d’opérations de contrôle, les soldats sont formés à une matrice de réponse graduée… en fonction de la menace, quelle est la réponse appropriée. Des mesures non létales jusqu’au moment où ils peuvent passer à l’action létale.

Les soldats ont toujours le droit de se défendre. Le combat est en grande partie une question de contrôle et l’une des raisons pour lesquelles l’acheminement de l’aide dans une zone de combat est si mouvementé est que le contrôle peut être perdu en une seconde.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction par Gally pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading