Publié par Guy Millière le 24 mars 2024

La gauche américaine est déchainée.

Elle a profondément détruit les Etats-Unis et l’ordre du monde. Elle est confrontée à une élection présidentielle 2024 qu’elle veut gagner à tout prix en novembre prochain, pour rester au pouvoir et continuer à détruire, et elle sait que son candidat est sénile et corrompu et que cela devient impossible à dissimuler : la sénilité de Joe Biden est flagrante, les commissions d’enquête de la Chambre des représentants mettent au jour toutes les dimensions de ce qui a fait de la famille Biden une famille criminelle. L’administration Biden, en supplément, n’a pas un bilan présentable. Il sera difficile pour la gauche américaine de frauder au même degré qu’en 2020 et 2022, et seule la fraude pourrait sans doute la sauver désormais. Et elle commence à paniquer.

La diffamation intensive contre Donald Trump et les accusations en justice contre lui n’ont pas fait baisser sa popularité et les intentions de vote en sa faveur, bien au contraire, car de nombreux Américains discernent qu’il s’agit d’une chasse à l’homme et d’une persécution relevant de l’abjection. Donald Trump est innocent de tout ce dont on l’accuse. Un seul journaliste dit la vérité en France aujourd’hui sur le sujet, Gérald Olivier, et il est quasiment exclu des plateaux de télévision. Pour ce qui me concerne, depuis que je vis aux Etats-Unis, toutes les chaines de télévision françaises ont oublié que j’existe : mon prochain livre sera publié au mois de mai, et je viendrai en France si on m’invite sur un plateau de télévision. Et seulement si on m’invite sur un plateau de télévision.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Bien que les accusations portées contre Donald Trump soient sans le moindre fondement, elles se poursuivent, et l’utilisation que la gauche américaine fait de la justice se rapproche de plus en plus nettement de ce que la justice est dans les régimes autoritaires, voire dans les régimes totalitaires.

L’objectif présent n’est pas tant de jeter Donald Trump en prison, mais de tenter de le ruiner en lui extorquant des centaines de millions de dollars.

On le sait, Donald Trump a été condamné à payer 83 millions de dollars à une journaliste gauchiste mythomane, E. Jean Carroll, et le juge a demandé que Donald Trump verse l’intégralité de la somme, placée sous séquestre, avant de pouvoir faire appel. Donald Trump a pu verser la somme. Mais condamner un homme pour une agression sexuelle clairement inexistante (la description des faits donnée par E. Jean Carroll correspond très exactement, au détail près, au scénario d’un épisode de la série télévisée Law and Order) et pour une diffamation également inexistante (Trump a le droit de dire qu’il est innocent de ce dont E. Jean Carroll l’accuse !), et le condamner à verser des dommages et intérêts d’un montant littéralement astronomique est absolument indigne, viole les lois américaines en vigueur qui disent qu’une condamnation dans une affaire de ce genre ne doit être prononcée qu’au-delà de tout doute raisonnable et qu’il est du devoir du procureur et du juge de le souligner sans cesse, (ce qui n’a pas été fait du tout, bien au contraire : le procureur et le juge étaient d’extrême gauche), et viole le 8ème amendement à la Constitution, qui dit qu’ “aucune caution excessive ne sera exigée, ni aucune amende excessive imposée, ni aucune peine cruelle et inhabituelle infligée”.

On le sait aussi, Donald Trump a été condamné à payer une somme de 355 millions de dollars (devenue depuis 455 millions de dollars) au titre d’amende, au terme d’un jugement totalement arbitraire, stalinien et infondé énoncé par un juge d’extrême gauche (encore !), sur la base d’accusations elles-mêmes totalement arbitraires, stalinienne et infondées formulées par une procureur elle-même d’extrême gauche. Il n’y a là, je l’ai déjà dit, ni crime ni criminel, ni victime, ni plaignant, et juste des évaluations de biens immobiliers grotesques et absolument ignobles qui situent la valeur de biens à 4 ou 5 pour cent de leur valeur réelle définie par banques, assurances et agents immobiliers. Le juge, là encore, a demandé que Donald Trump verse l’intégralité de la somme, avant de pouvoir faire appel. Donald Trump n’a pas pu, au moment où j’écris, verser la somme. Il s’est adressé à des sociétés de caution, qui ont toutes refusé de prêter une pareille somme, près d’un demi-milliard de dollars ! Plus encore que dans l’affaire E. Jean Carroll, le montant est astronomique, et absolument indigne. Et plus encore que dans l’affaire E. Jean Carroll, le jugement, outre sa dimension, arbitraire, stalinienne et infondée, viole le 8ème amendement à la Constitution.

La Cour Suprême doit être saisie. Son rôle est de défendre et de faire respecter la Constitution !

Si une solution de dernière minute n’est pas trouvée, la procureur de l’Etat de New York Letitia James entend saisir divers biens appartenant à Trump et les revendre à des prix très éloignés de leur valeur réelle. Elle parle de propriétés newyorkaises de Trump, mais elle se donne pour priorité de faire saisir Mar-a-Lago, qu’elle évalue à 18 millions de dollars. Mar-a-Lago vaut, au minimum, trente fois cette somme ! 

Si cela se produit, ce sera une pratique digne de l’Union Soviétique. Ce sera du vol sur décision de juges et procureurs staliniens hors-la-loi. Des entrepreneurs sont en train de quitter New York, considérant que l’Etat de New York, et la ville de New York sont des lieux dangereux pour les entreprises et les investisseurs.

Si cela se produit, l’ignominie totalitaire de la gauche américaine aura franchi un palier supplémentaire. Que l’administration Biden et le Parti Démocrate cautionnent des pratiques staliniennes en dit très long sur eux.

Que dans les médias européens, dans les médias français, on traite Donald Trump de fraudeur, d’escroc et de je ne sais quoi encore est déshonorant pour la profession de journaliste. Un journaliste doit informer, pas désinformer. En ne disant pas la vérité, nombre de journalistes français se rendent complices de l’ignominie totalitaire de la gauche américaine. Il ne serait pas du tout difficile pour eux de trouver des documents attestant de tout ce que j’écris ici, et il ne serait pas du tout difficile pour eux de trouver des gens compétents pour leur expliquer ce qui doit l’être.

Dans les médias de gauche américains, on traite Donald Trump de fraudeur, d’escroc, et de je ne sais quoi encore, et c’est ignoble. Que des journalistes européens répètent docilement ce qui se dit dans les médias de gauche américains est infiniment davantage que lamentable. Et en vient à ressembler à de la complicité.

La procureur d’Atlanta Fani Willis, d’extrême gauche elle aussi, a inculpé Donald Trump et dix-huit autres personnes de manière totalement arbitraire. Il a été découvert qu’elle avait embauché son amant pour enquêter sur Trump, l’avait payé plusieurs centaines de milliers de dollars aux frais des contribuables, et avait utilisé une partie de cet argent pour qu’ils partent ensemble en croisière dans les Caraïbes et dans la Napa Valley en Californie. Le juge en charge du dossier a dû juger Fani Willis et n’a pas fait respecter la loi. Il a reconnu la culpabilité de Fani Willis, mais ne l’a pas condamnée à quoi que ce soit, l’a laissée en charge du dossier, sans dire que celui-ci est vide, et il a juste demandé à Fani Willis de ne plus charger son amant d’enquêter sur Trump. Vous n’avez pas entendu parler de cette sordide affaire ? Ce n’est pas surprenant. 

Peter Navarro, ancien professeur d’économie à l’université de Californie à Irvine, ancien membre du cabinet présidentiel de Donald Trump quand il était à la Maison Blanche, a été incarcéré voici une semaine après avoir été condamné à quatre mois de prison par un juge d’extrême gauche. Son crime ? Avoir refusé de répondre à une convocation venue de la Commission de la Chambre des représentants sur l’insurrection (inexistante) 6 janvier en 2022 en disant que la commission avait été composée en violant la loi, et était dès lors illégale. La commission en question avait effectivement été composée en violant la loi, et était effectivement illégale. C’est Peter Navarro qui a respecté la loi, et la commission qui a violé la loi , mais c’est Peter Navarro qui est, lourdement, sanctionné. C’est monstrueux et ubuesque. Dans toute l’histoire des Etats-Unis aucune personne ayant refusé de répondre à une convocation d’une commission parfaitement légale n’a jamais été condamnée à une peine de prison ferme, et là, la commission était illégale. Vous n’avez pas entendu parler de cette autre sordide affaire ? Ce n’est pas surprenant non plus. 

La justice américaine est infestée par le gauchisme et est devenue une justice très gravement dévoyée.

Les médias américains sont eux-mêmes infestés par le gauchisme et, à de rares exceptions près, ne sont plus des médias d’information.

La république américaine est en très grand danger.

Donald Trump est porteur de toutes les valeurs qui ont fait la grandeur de l’Amérique, valeurs que la gauche américaine s’efforce d’abolir. Qu’il soit traité comme il l’est par la gauche américaine, et par la gauche mondiale montre que la gauche est excrémentielle. 

Plus que jamais, l’élection présidentielle américaine du 5 novembre prochain sera essentielle. Il s’agit effectivement de sauver l’Amérique, ses institutions, et la démocratie et le droit aux Etats-Unis.

Voir qu’en Europe, en France en particulier on dit que c’est Donald Trump qui menace l’Amérique, ses institutions, et la démocratie et le droit aux Etats-Unis est l’une des pires falsifications des faits qu’il m’ait été donné de voir.

La tentative d’assassinat financier mené par la gauche américaine n’abattra pas Trump, et le fera monter plus haut encore dans les intentions de vote. Ce doit être dit. C’est dit.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading