Publié par Magali Marc le 2 avril 2024

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Christopher Chantril, paru sur le site d’American Thinker, le 1er avril.

*************************

La fonte de la calotte glaciaire des gauchistes

Nous sommes tous, bien sûr, très inquiets de la fonte des glaces arctiques, en raison de l’effet dévastateur d’un gaz qui représente un pourcentage crucial de 0,041 % de l’atmosphère. Mais on sent bien que ce qui inquiète vraiment nos amis gauchistes, c’est la fonte de la calotte glaciaire de leur classe dirigeante. Sinon, à quoi bon empêcher les commentaires conservateurs de paraître dans le New York Times ou les gros titres du GOP d’être diffusés sur MSNBC ?

C’est ainsi que j’ai lu l’indignation dans la salle de rédaction du NYT face à un article du Sénateur Tom Cotton en juin 2020 qui préconisait d'”envoyer les troupes” pour mettre fin à l’émeute provoquée par le décès de George Floyd. Ou l’indignation de MSNBC à l’idée que l’ancienne chef du GOP, Ronna McDaniel, travaille comme commentatrice sur cette chaîne d’information télévisée.

Mais bien sûr ! Il faut croire que les flics sont les ennemis de la justice sociale. Et diaboliques. Et que tout politicien du GOP est l’ennemi. Et aussi diabolique.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







En lisant les commentaires “semi-fascistes d’extrême droite”, semaine après semaine, sur les efforts via les poursuites juridiques pour faire tomber Donald Trump, il semble y avoir deux visions principales.

  1. L’une est que tout cet effort est la mise en œuvre d’une stratégie brillamment conçue pour montrer aux électeurs que Trump est un escroc.
  2. L’autre est que, brillante ou non, les poursuites en cour contre Donald Trump ont pour effet d’augmenter sa popularité.

Je pense qu’il s’agit simplement d’une réaction instinctive de la classe dirigeante face à la tempête de rébellion populiste qui se prépare.

Ces gens ne sont pas si intelligents.

On nous a soigneusement enseigné que la politique, qu’il s’agisse de “notre démocratie” ou du “libéralisme démocratique“, n’est qu’un appel au vote des citoyens, et que le meilleur gagne.

Je pense qu’en fait, la réalité est que la politique est normalement une lutte à mort, car si les autres gagnent, c’est la fin de “notre communauté” telle que nous la connaissons.

Nous aimons être choqués, choqués, par le Brésil, où le président de gauche Lula da Silva a été emprisonné pour corruption. Mais maintenant que M. Lula est de retour à la présidence, ils s’en prennent à l’ancien président Jair Bolsonaro pour avoir fomenté un coup d’État.

Vous voulez dire, comme ici, avec le président Biden qui obtient ses dix pour cent, et Donald Trump qui fomente une “insurrection” ?

Le véritable “révélateur”: le calendrier des vacances

Autrefois, les jours fériés étaient des jours saints.

Puis nous avons commencé à célébrer des fêtes nationales sacrées, comme le Jour de l’Indépendance et l’anniversaire de George Washington.

Puis nous avons commencé à nous souvenir des jeunes hommes que nous avions envoyés à la mort dans nos guerres, avec le Decoration Day – devenu par la suite Memorial Day – proposé par des femmes du Sud pour décorer les tombes des soldats tombés au combat, et l’Armistice Day après la Première Guerre mondiale pour célébrer les soldats tombés au combat dans toutes les guerres des États-Unis.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’Armistice Day est devenu le Veterans Day pour célébrer tous ceux qui ont servi dans les forces armées.

Mais nos amis gauchistes ont transformé les fêtes en une célébration de leurs partisans.

C’est tout à fait logique, car nos dirigeants sont les alliés des peuples opprimés contre les oppresseurs blancs, et les dirigeants aiment se célébrer eux-mêmes.

Nous avons donc la fête du travail pour célébrer les travailleurs opprimés, la journée Martin Luther King pour célébrer les Noirs opprimés, la journée internationale de la femme pour célébrer les femmes opprimées, le mois de la fierté pour célébrer les homosexuels opprimés, et maintenant la journée internationale de la visibilité des transsexuels pour célébrer les transsexuels opprimés.

Voyez-vous ce qui s’est passé ? Nous ne célébrons plus les Américains ordinaires, mais seulement les clients des dirigeants ou, pour reprendre les termes de Thomas Sowell, les mascottes des élus. C’est très bien, mais cela risque de rendre un peu difficile l’enrôlement des jeunes blancs de la classe ouvrière dans la prochaine guerre mondiale.

Puisque notre classe dirigeante actuelle a un appétit inépuisable pour les guerres mondiales – de la Première Guerre mondiale à la Seconde Guerre mondiale, en passant par la Guerre mondiale des cocos, la Guerre mondiale du pétrole, la Guerre mondiale du COVID, la Guerre mondiale de l’Ukraine et la Guerre mondiale du climat – je dirais qu’ils devraient complimenter les jeunes hommes, tous les jeunes hommes, pour leur bravoure et leur patriotisme.

Hollywood devrait peut-être faire revivre des films comme la comédie musicale de Doris Day, On Moonlight Bay, qui célébrait les fantassins de la Première Guerre mondiale.

Que diriez-vous d’une comédie musicale sur la guerre mondiale COVID pour célébrer tous les Américains bien informés qui ont été censurés par le Complexe Industriel de la Censure pendant cette récente période désagréable ?

C’est curieux.

À l’époque, Hollywood n’avait aucun problème pour produire des films et des émissions de télévision contre la guerre du Viêt Nam. Je me demande ce qui les retient dans l’affaire COVID. Je pourrais imaginer un grand film sur un certain multimilliardaire sacrifiant des milliards de dollars pour mettre fin à la censure sur les médias sociaux.

Oh, attendez un peu !

Tous ces grands films ne faisaient que lécher les bottes de la classe dirigeante et de son narratif à la mode.

Ce que je dis, c’est que, malgré les épagneuls obéissants du New York Times et de MSNBC, et les procureurs intrépides de New York, Washington et de la Géorgie, notre classe dirigeante est en train de fondre, et son expérience vécue n’est pas meilleure que celle du président péruvien Óscar Benavides et de sa maxime : « Pour mes amis, tout ; pour mes ennemis, la loi ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading