Publié par Jean-Patrick Grumberg le 3 avril 2024

Le projet de loi interdirait les technologies susceptibles de modifier l’atmosphère. Mais les commentaires des législateurs à ce sujet se situent à la frontière entre réalité, fiction et complotisme.

La Chambre des représentants de l’État du Tennessee a adopté un projet de loi visant à empêcher la géo-ingénierie, pratique qui consiste à modifier intentionnellement l’atmosphère pour contrer le réchauffement climatique.

Le projet de loi, qui a déjà été adopté par le Sénat de l’État, couvre une variété d’interventions technologiques. Il s’agit d’idées théoriques sur le refroidissement du climat par une approche connue sous le nom de modification du rayonnement solaire, ainsi que de pratiques plus limitées qui affectent le temps, comme l’ensemencement des nuages, une technique utilisée pour augmenter les précipitations et les chutes de neige.

La plupart des options de géo-ingénierie sont théoriques et n’ont pas été testées. Les chercheurs fédéraux n’ont pris que quelques mesures mineures pour étudier leur faisabilité, et les spécialistes de l’atmosphère affirment qu’il n’existe aucune preuve de l’existence de programmes à grande échelle.

À première vue, le projet de loi du Tennessee représente une tentative d’empêcher l’expérimentation ou le déploiement de ces technologies.

Toutefois, les discussions des législateurs sur la proposition se situent entre la réalité et la fiction, plusieurs d’entre eux suggérant que des projets de géo-ingénierie solaire sont déjà en cours et d’autres évoquant des craintes et des malentendus qui semblent découler de la théorie de la conspiration des “chemtrails” (traînées de fumée).

“Ce sera le projet de loi préféré de ma femme. Je parie que cela fait dix ans qu’elle s’inquiète à ce sujet. Cela fait trop longtemps que ça dure”, a déclaré le sénateur républicain Frank Niceley lors d’une audition sur le projet de loi le mois dernier. “Si vous regardez en l’air, un jour, c’est clair. Le lendemain, on dirait que des anges ont joué au morpion. Il y en a partout. J’ai des photos sur mon téléphone avec des X au-dessus de ma maison. Pendant des années, ils ont nié faire quoi que ce soit.

La théorie des chemtrails est un regroupement d’idées conspirationnistes qui suggèrent que les avions ne produisent pas de traînées de condensation, connues sous le nom de contrails, mais qu’ils pulvérisent des produits chimiques fabriqués par le gouvernement afin de contrôler le comportement des gens ou d’affecter leur corps. Apparemment, la méthode fonctionne… sur ceux qui y croient (humour).

Ces dernières années, certaines théories du complot sur les chemtrails ont évolué, les adeptes suggérant que les traînées de condensation sont en fait des aérosols conçus pour contrôler le temps ou le climat. Le Tennessee Lookout, une organisation de presse à but non lucratif, a rapporté que le sénateur républicain Steve Southerland, l’un des auteurs du projet, a fait référence à la théorie des chemtrails lorsqu’il a présenté ses arguments en faveur du projet de loi à un journaliste.

Justin Mankin, climatologue à l’université de Dartmouth, a déclaré :

“Il s’agit d’un non-sens conspirationniste. Le problème, c’est que l’ensemble de la conspiration des chemtrails a brouillé et englobé toutes ces technologies distinctes avec des objectifs distincts, ce qui rend le démêlage difficile”.

L’assemblée législative du Tennessee n’est pas la seule à s’efforcer de mettre en place une politique de lutte contre la géo-ingénierie. Les législateurs de l’Illinois, du Kentucky, du Minnesota, du New Hampshire, de la Pennsylvanie, du Rhode Island et du Dakota du Sud ont introduit ou préparé des projets de loi similaires.

Cette tendance suggère qu’un mélange de théories du complot, de confusion et d’inquiétude réelle quant à la possibilité d’une modification du climat s’est installé dans la conscience du public – et chez certains législateurs.

“Il y a des gens dans des endroits comme le Tennessee, la Pennsylvanie et le New Hampshire qui craignent que la théorie des chemtrails soit vraie”, a déclaré M. Mankin. “Les décideurs politiques, au lieu de s’appuyer sur la science pour démystifier les croyances conspirationnistes, leur ont conféré une légitimité par le biais d’une action législative.”

Josh Horton, chercheur principal qui étudie la politique de géo-ingénierie solaire à la Harvard Kennedy School, a déclaré qu’à sa connaissance, le Tennessee est le premier État à faire passer un tel projet de loi par les deux chambres de son assemblée législative.

Si le gouverneur signe la loi, celle-ci interdira “l’injection, le rejet ou la dispersion intentionnels” de produits chimiques dans l’atmosphère “dans le but d’influer sur la température, le temps ou l’intensité de la lumière du soleil”.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Le projet de loi affirme qu'”il est prouvé que le gouvernement fédéral” ou ceux qui travaillent en son nom peuvent “mener des expériences de géo-ingénierie en dispersant intentionnellement des produits chimiques dans l’atmosphère”.

Un fonctionnaire de la Maison Blanche a déclaré dans un email que “le gouvernement fédéral n’est pas impliqué dans des essais en plein air ou dans le déploiement de la gestion du rayonnement solaire”.

Le fonctionnaire a déclaré que le gouvernement “est engagé dans un sous-ensemble limité d’activités de recherche sur ce sujet, y compris la modélisation, les mesures et la surveillance, et la recherche en laboratoire”.

Le problème, et cela fait les choux gras des conspirationnistes, c’est que la crédibilité du gouvernement et de la Maison Blanche est très faible.

Un élu, Bo Mitchell, a déclaré : “Il est tout à fait approprié que ce projet de loi soit inscrit au calendrier le 1er avril”.

Sauf que c’est en mars dernier que le sénat a présenté avec succès son projet de loi au Sénat sur les préoccupations concernant le potentiel d’expérimentation de la géo-ingénierie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading