Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 avril 2024

Vous utilisez le navigateur Google Chrome comme presque tout le monde ? En mode navigation privée pour protéger votre vie privée ? Google a quand même espionné tous vos mouvements.

La devise de Google était jadis « ne pas faire le mal ». Ils font aujourd’hui partie du camp internet du mal. Ils en sont même la principale composante, l’autre étant Facebook. Mais ils viennent de payer (pour ça en tous cas). Google a accepté de détruire des milliards d’enregistrements dans le cadre d’un procès dans lequel il a été déterminé qu’il suit et documente les données des utilisateurs, même ceux qui ont activé la fonction « Mode Incognito » du célèbre navigateur Google Chrome le plus utilisé au monde.

(Sur Mac, il vaut mieux et de loin utiliser Safari. Sur Windows, passez à Opera, ou Firefox, et si vous êtes un utilisateur avisé, faites comme moi, et passez à la vitesse supérieure avec Arc, la Rolls des navigateurs.)

Les dirigeants du géant Google ont annoncé que l’entreprise détruirait des milliards de données et d’enregistrements collectés dans le cadre du suivi des utilisateurs qui utilisaient l’option du mode incognito et étaient convaincus d’être protégés contre le suivi.

Le mode navigation privée sur Chrome prétend empêcher l’ordinateur, ou le compte Chrome de l’utilisateur, de suivre l’historique de navigation, les cookies et les données du site, ou les informations saisies dans les formulaires. Mais une clause affichée lorsque l’option est sélectionnée prévient spécifiquement :

“Cela ne changera pas la manière dont les données sont collectées par les sites Web que vous visitez et les services qu’ils utilisent, y compris Google”.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







  • En 2020, un recours collectif a été déposé contre Google, alléguant qu’il continuait à suivre et à collecter des données auprès des utilisateurs qui utilisaient l’option incognito depuis le 1er juin 2016.
  • Les plaignants ont exigé une indemnisation d’un montant de 5 à 7,8 milliards de dollars pour violation de leur vie privée.
  • Dans le cadre d’un accord de règlement soumis au tribunal d’Oakland, Google a accepté d’effacer complètement des milliards d’enregistrements et de données documentés lors de la navigation incognito des utilisateurs, et ne fera l’objet d’aucune compensation monétaire.
  • Toutefois, les plaignants ont toujours le droit de demander une compensation monétaire dans le cadre de poursuites distinctes.

Dans le cadre de l’accord, Google s’engage également à signaler aux utilisateurs quelles données seront enregistrées et stockées sur les serveurs de l’entreprise, même si le navigateur est en mode navigation privée dans Chrome ou dans d’autres navigateurs de l’entreprise.

Une autre clause de l’accord de règlement stipule que pendant les cinq prochaines années, Google permettra aux utilisateurs en mode de navigation privée de bloquer les cookies tiers.

“Don’t do evil”

La devise officielle de l’entreprise Google était « Ne faites pas le mal » (don’t do evil), ce qui visait à signifier que l’entreprise éviterait les pratiques contraires à l’éthique.

La devise était à l’origine destinée à être une aspiration plus élevée que simplement éviter le mal, Google se lançant le défi de faire le bien plutôt que de simplement s’abstenir de faire le mal.

Google est devenu l’empire du Mal sur Internet.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile